Rechercher

Ô doulce France




L’attentat contre la mosquée de Bayonne est intéressant, au sens politique du terme. D’abord, j’utilise à dessein ce mot « d’attentat » car c’est bien de cela dont il s’agit. On a pris l’habitude, dans ce débat autour de l’islam, de ne pas utiliser les mots qui conviennent. Comme je suis partisan de dire que l’une des victimes de la Préfecture de police a été égorgée et non pas qu’elle a été « atteinte d’une blessure à la gorge », hier c’est un attentat qui a été commis contre des musulmans. Là où c’est intéressant, c’est de regarder qui en est l’auteur : un ancien candidat du RN aux élections départementales. A ce que je sache, et contrairement à LaRem où l’on est désigné sur concours, on ne peut être candidat au FN que si l’on a fait ses preuves de militant… Donc cet homme a milité, il a participé à des réunions de ce qui était le FN, il a été plongé dans une « ambiance ». Dont celle qui vise les musulmans en général, et non les seuls islamistes. Il n’y a pas grande différence entre ce qu’a fait Julien Odoul à Dijon et ce type à Bayonne : le premier a voulu tuer avec des mots, le second avec un fusil. Si l’on en arrive à une telle situation, c’est de la responsabilité, entre autres, de nos responsables politiques qui n’acceptent pas de regarder la situation en face, qui n’acceptent pas d’en débattre sereinement et qui ne veulent pas résoudre les difficultés. Tout simplement parce que tous en tirent des bénéfices électoraux : les uns chez les Français musulmans, les autres chez ceux qui ne les acceptent pas dans la société. Alors qu’il serait urgent de tout mettre sur la table, nous avons un président qui affirme sans broncher que « le voile, ce n’est pas mon affaire ». Si le voile est un problème pour des Français, c’est évidemment SON problème ! Cela ne signifie pas qu’il doive l’interdire ! Cela ne signifie pas non plus qu’il doive réagir comme si ça n’existait pas ! Il n’est évidemment pas le seul à avoir un rôle à jouer dans ce débat, mais si lui ne donne pas le sentiment de s’y intéresser, alors des Odoul et des abrutis comme à Bayonne vont se multiplier, des islamistes vont être de plus en plus nombreux, et sous des formes plus ou moins violentes, à mettre le pied dans la porte entr’ouverte. Les journalistes eux non plus ne jouent pas leur rôle. Personne n’est allé enquêter sur la femme humiliée au Conseil régional de Bourgogne ? Qui est-elle ? Est-elle venue à Dijon en toute connaissance de cause, en sachant ce qu’elle allait produire comme réactions ? Odoul était-il prévenu qu’elle allait venir ? Ce n’est pas en jetant la couverture sur ces interrogations qu’on va les étouffer. La preuve ? Bayonne hier…

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout