Rechercher

La Mecque et le voile islamique



Pour une femme de confession musulmane, le port du foulard (qui n’est jamais explicitement recommandé dans le Coran, puisqu’il n’y est même pas mentionné) peut n’être qu’un signe de soumission. Pas forcément de soumission à son mari, mais à Dieu !

L’Islam induit une relation « directe » entre le divin et le croyant. La profession de foi (croyance en un Dieu unique avec Mahomet pour prophète), les cinq prières, l’aumône, le jeune de Ramadan, le pèlerinage à La Mecque – qui sont les cinq piliers de l’Islam – sont les seules règles prescrites.

Donc, quand une femme musulmane, en France, dans un pays laïc (mais c’est tout aussi vrai dans un pays musulman…), choisit de porter le voile en se présentant à des élections, elle veut clairement donner à cet accessoire une signification politique ! Et d’ailleurs, le parti qui la présente à ces élections veut lui aussi en faire un acte politique, tentant de s’attirer les suffrages communautaires. C’est même la raison pour laquelle on assiste à tous ces pseudo-débats autour de cet « événement »… D’un point de vue religieux, ils n’ont aucun sens. S’ils existent, c’est uniquement pour des raisons politiciennes. De ce point de vue, on peut affirmer que le but recherché est atteint.

Ce serait tellement plus simple s’il était, une bonne fois pour toutes, gravé dans la loi qu’aucun signe religieux n’était compatible avec le suffrage universel…

Un dernier argument pour convaincre : lors du pèlerinage à La Mecque, qui est accompli de façon mixte, le port du voile intégral est… interdit aux femmes ! Et les nombreuses Saoudiennes qui vivent habituellement avec le visage intégralement dissimulé, découvrent leur visage à cette occasion. Là non plus, ce n’est pas inscrit dans le Coran. Juste une tradition…

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout