Rechercher

L'Amélie mélo



Je n’aime pas Amélie Nothomb. Enfin, je n’aime pas le personnage que j’entraperçois régulièrement à la télévision. Comme je n’aime pas trop tous ces écrivains qui se répandent sur les plateaux de télé. Parce que, après, il faut faire la part des lecteurs qui apprécient vraiment ce qu'ils écrivent et ceux qui n’achètent leurs livres que parce qu’il est marqué dessus « Vu à la télé ». Si j’en crois le nombre d’exemplaires que je retrouve à Emmaüs, la deuxième catégorie me paraît bien remplie.

C’est d’ailleurs là que j’ai croisé Amélie Nothomb, que je ne connais ni d’Ève ni d’Adam mais qui a écrit ce livre remarquable intitulé Ni d’Ève ni d’Adam. Et donc, maintenant, je peux parler de l’œuvre de la femme au chapeau et au champagne…

Je ne m’attarde pas sur l’histoire, je vous laisse la découvrir. Il y a la narratrice (qui ressemble à l’auteure) et son amoureux japonais du moment, Rinri. Les appartements étant trop petits au Japon, ils n’ont encore jamais cohabité sous le même toit, jusqu’à ce que l’amie de la narratrice quitte Tokyo pendant quelques semaines pour des vacances (sans doute bien méritées, ce n’est pas précisé mais on peut le supposer) en Belgique. Elle prête son appartement à la narratrice qui invite son amoureux à partager sa couche. Ils passent donc (à partir de la page 71) les trois semaines ensemble dans l’appartement de la copine. Jusque-là, rien d’anormal. C’est à la page 129, après que la Belge est revenue et que les amoureux ont chacun regagné leurs pénates, que je m’interroge. Nothomb écrit : « Quelques jours plus tard, Rinri m’annonça au téléphone que sa famille était partie pour un voyage d’une semaine [notez bien : « une semaine » !] Il me pria de m’installer chez lui pendant cette période. J’acceptai avec autant de curiosité que d’appréhension : jamais je n’avais fait un si long séjour en sa compagnie. »

Soit Rinri est un mauvais coup, au point que l’auteure, en 58 pages, a oublié la première session. Soit Amélie Nothomb écrit n’importe quoi et, plus grave, son éditeur ne s’en aperçoit même pas. À moins que, répétition ou pas, l’Amélie elle vend beaucoup et elle aide son éditeur à vivre. Ça doit être ça, en fait…

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout